Panier d'achat
récit-erotique-contemporain-libertinage-echangisme-avis-lecteurs-anarelle-librairie

Dialogues Sensuels : quand la chronique libertine « L'Oiseau de feu » inspire et déploie le débat

L'Oiseau de feu : une plongée audacieuse au cœur de l'érotisme échangiste hétérosexuel, lisez les premiers commentaires appréciateurs, et d’autres qui ouvrent le débat.



« L'Oiseau de feu » : une chronique contemporaine osée qui explore les confins de l'érotisme à travers le prisme de deux plumes sensuelles et complices.


Traitant de l'univers échangiste, ce roman numérique court mais intense offre une vision à la fois poétique — le style en fait foi — et réaliste des relations libertines, la plupart des évènements racontés ayant été inspirés par des fragments d’histoires réelles.


Il est possible de l’envisager comme une sorte d’étude sensuelle et ludique, sans tabous, des dynamiques au sein de tandems homme-femme, qui explorent leur sexualité en dehors des normes conjugales établies. « L'Oiseau de feu » est susceptible d’être perçu non seulement comme une œuvre de divertissement, mais aussi comme une analyse sociale d’une pratique hétérosexuelle échangiste en particulier : celle de la rencontre des couples avec des hommes seuls.

 

Se confronter à la critique est toujours un moment chargé d'appréhension, d'autant plus quand il s'agit d'un récit qui vous tient particulièrement à cœur, en raison d'une co-écriture fusionnelle, voire passionnelle.


Ce partage fut une première tant pour Laurent que pour moi, ainsi qu'une aventure qui nous a demandé beaucoup de bienveillance et une once de concession. Nous attendions donc avec impatience de recevoir les premiers avis, commentaires et critiques sur notre travail en duo.


Je, puisque je publie sur mon blog, vous transmets ces retours tels qu'ils ont été reçus sur mes différents réseaux sociaux (ces commentaires proviennent à la fois de bêta-lecteurs et de lecteurs de la version publiée en ligne).


Résumé de l’ensemble des commentaires :

À l’exception de quelques remarques, les retours des premiers lecteurs sont majoritairement favorables.


Les commentaires positifs sur l’ensemble de la chronique de la part de lectrices :


« J‘avoue avoir eu beaucoup de plaisir à cette lecture pleine de suspense... ! L’écriture et le style sont très recherchés, l‘humour est au rendez-vous. Parfait ! Le tout est très subtil et les descriptions de la scène érotique sont très suggestives et sensuelles ... Bravo déjà ! Il est rare de lire des textes érotiques avec tant de style, surtout sur le net. »



« Un dernier compliment après avoir terminé la lecture... on aimerait une suite😂. Les illustrations sont superbes, l’homme manque au tableau peut-être 🤔 à mon goût de femme 😂.. bien sûr , sans doute les lecteurs sont en majorité masculins?! En bref le travail digital est aussi remarquable que l’écriture.. Bravo et au plaisir de vous, te relire! »



« J'aime beaucoup le style, direct, comme une confidence aux lecteurs. »



« J'avoue que je ne savais pas à quoi m'attendre pour le chapitre final, et je ne suis pas déçue, j'aime beaucoup. C'est une histoire racontée avec beauté et sensualité, très agréable à lire. Vous pouvez être fiers, vous avez bien travaillé ;)) … »



« La recherche de Philippe est bien définie, ses expériences décrites sans aucune vulgarité, et ses attentes précises. »


Les commentaires positifs sur l’ensemble de la chronique de la part de lecteurs :


« C'est surprenant quand on "connait" une écriture, de la retrouver comme écrite par un autre qui en retranscrirait l'essence avec la sienne. Le quatre mains fonctionne à merveille pour jouer la partition ainsi composée. »



« Bravo pour cette histoire ;) Ah Lauren, sacré fantasme ! :) merci »



« Expression claire et stylisée, qui enrobe des idées punchys, au point de les faire paraître légères, alors qu'on parle quand même d'une vocation sacrifiée sur l'autel du fric, de la dissolution d'un couple, d'une épouse vénale, d'un nouveau conjoint pas jojo... L'ironie n'est jamais très loin »



« L’amour rend aveugle, le mariage rend la vue... Quand notre (déjà) cher Philippe tance les pauvres hères du quotidien, dans la tristesse, il ne voit même pas que lui-même est aussi un robot. Puis vint la lumière pressent-on, et l'on bascule en toute hâte vers le deuxième chapitre ! »



« Belle écriture, riche mais claire, posant bien les personnages. Il y a des clichés (intentionnels, j'en suis sûr) dans la vision des choses du narrateur, mais il n'en reste pas moins qu'on le comprend... »

« Je me suis plongé dans cette nouvelle inédite, qui est quasiment un petit roman. De quoi est-ce que ça parle ?

À la suite d'une réorientation de son existence, Philippe, quadra devenu libertin, va faire, pour son plus grand bonheur, la connaissance de Lauren, mariée à Raphael. Si encore elle se contentait d'être une belle femme... J'ai découvert, en même temps que Philippe, une tentatrice, mais qui récompense les hommes de lui avoir cédé, une maîtresse du jeu, mais qui transcende les qualités de ses amants, un fantasme vaporeux, mais qui prend corps divin. Comme les deux protagonistes masculins, je me suis damné pour cette somptueuse diablesse, je me suis adonné corps et âme à sa bienfaisante drogue… »


Un focus sur les commentaires concernant les chapitres contenant des scènes érotiques :


« J'ai lu le chapitre d'une traite, presque sans respirer tant on sentait ce mélange fluide, homogène, glissant, ces corps s'imbriquant parfaitement dans une communion vouée à l'extase... Quel couple parfaitement amoureux, et Philippe quel beau jouet de qualité. »



« Cette mise en abîme me plonge dans la plus délicieuse des voluptés... Et l'on ne peut qu'envier Philippe de cette chance phénoménale... »



« J'ai beaucoup aimé l'écriture tout au long de cet épisode, amusante, riche et évocatrice… »



« Dit moi est il possible d'ajouter un sigle ou un avertissement lorsque tu publies des textes comme celui-ci ? du type "texte a lire avec d'extrêmes précautions et jamais seul, pour les personnes fragiles ? " Ou interdit aux plus de 30 ans ou aux personnes ayant des maladies cardiaques😂😂 En effet j'ai été obligé de recharger mon pacemaker moi le vieux 💘💘pour ça j'ai appelé le SAMU, c'est là que je me suis rendu compte que tes textes sont dangereux,🥵🥵🔥🔥 un des médecins a lu ton texte, ses collègues ont été obligés d'intervenir sur lui et pourtant il était jeune ! 😂😂 😨😨Qu'elle diablesse es tu👿👿 mais quelle imagination tu as, d'autant plus que tu te sers de ton expérience de la vie. 🎩🎩Très belle écriture. 🎩🎩TRES GROS SOUPIR ! »



« Un cantique des cantiques revisité. C'est à ça que ce texte m'a fait penser dans son intensité et sa nature. La relation de Raphaël à sa femme est proche de la dévotion... »



« On est pile dans le débat circlusion/pénétration. Moi, j'ai toujours aimé ça, mais ça implique une dynamique différente pendant l'acte que ce dont pas mal d'hommes ont l'habitude 😄. Bref, un très plaisant épisode. Merci. »


« Le tout est très subtil et les descriptions de la scène érotique sont très suggestives et sensuelles … »


Pour autant, et en dépit de ces commentaires flatteurs, ont affleuré des interrogations légitimes.


Philippe est-il misogyne ou (et) sexiste ?


Il éprouve en effet des relents de misogynie consécutifs à la deuxième partie de son parcours conjugal, ce qui est représentatif de l’état d’esprit du personnage à un moment donné. C’est l’évolution psychologique de celui-ci qui nous a intéressés. Il part d’une vision négative avant d’être redressé, ô combien, par sa rencontre avec l’oiseau de feu. Et si le sexisme peut apparaître dans la première partie de son parcours libertin, il ne survit pas non plus à ladite rencontre.


Nous observons, de plus, à travers le personnage de Philippe, un homme toujours amoureux de son épouse et amer de l’absence de réciprocité. Difficile de reprocher certaines pensées à qui a vécu une peine de cœur similaire.


D’autre part, sommes-nous en présence d’une chronique libertine phallocentrée ? 


Oui, dans la mesure où elle décrit des pratiques hétérosexuelles avec deux hommes dotés de pénis. Sans compter que les auteurs ont choisi de donner la parole à un protagoniste masculin, afin d’en tracer le cheminement intérieur et l’évolution. Le recours au point de vue interne des deux garçons peut accentuer cette impression. Ceci étant, il reste possible d’employer des narrateurs-personnages hommes sans verser dans le masculinisme, nous semble-t-il.


De surcroît, elle n’est clairement pas phallocratique et, ainsi que le souligne un autre lecteur, les pratiques sexuelles présentées sont : « …débat circlusion/pénétration. Moi, j'ai toujours aimé ça (N.B. : circlusion), mais ça implique une dynamique différente pendant l'acte que ce dont pas mal d'hommes ont l'habitude 😄. Bref, un très plaisant épisode. Merci. »


N’y a-t-il que des scènes de pénétration et de fellation, sans sensualité ? :


Je pense que certains de nos lecteurs et lectrices répondent pour nous :

« …Ces corps s'imbriquant parfaitement dans une communion vouée à l'extase... »


« …scène érotique sont très suggestives et sensuelles… »


Nous avons, de surcroît, inclus de nombreux passages avec des baisers échangés, des caresses, sans oublier ce que beaucoup appellent aujourd’hui « l’after care » et qui peut se traduire par : « instant câlin après ». Nous vous laisserons les découvrir lorsque vous lirez « L’Oiseau de feu »


Est-ce une nouvelle uniquement destinée à assouvir de mâles fantasmes ? 


Pas du tout, puisque le sujet central est la quête d’une fusion charnelle et la recherche de la voie de l’extase partagée entre une femme et deux hommes. La protagoniste principale concentre les pensées masculines. Elle n’est pas un objet, un simple support de leur fantasme mais bien une reine de cœur dont ils s’attachent prioritairement à satisfaire les désirs afin de satisfaire les leurs. Empathie et attention sont les pivots.


J’ajoute, en tant que femme, libertine solo par le passé, désormais, et depuis dix ans, épouse d'un libertin, ainsi qu’auteure à plein temps depuis deux ans, que l’idée de promouvoir une vision phallocratique, tant dans la vie que dans la sexualité, irait à l’encontre de tous mes principes. 


Tout comme ces pensées sont aux antipodes de celles de Laurent Ducastel, que j’ai choisi pour composer avec moi, afin d’apporter une touche de masculinité sensible.


Et non, non, ce n’est pas lui qui m’a draguée. C’est bien moi !


Alors, chaque lecteur possède sa propre grille en abordant un ouvrage. Peut-être aurions-nous pu rajouter un peu plus de ci ou de cela ? C’est possible, c’est fort possible. Toutefois, nous nous sommes attachés à présenter une grande variété de pratiques érotiques librement consenties, procurant jouissances équitablement partagées entre les participants. Nous sommes, par ailleurs, pleinement conscients que le texte, dès sa publication, cesse d’appartenir aux auteurs, que chaque lectrice ou lecteur va se l’approprier pour y projeter son propre affect, son propre jugement. Et c’est là tout l’intérêt de la chose.


Série de billets à venir : le parcours d’une libertine 2.0 en quête d’érotiques solaires.


Ces questionnements m’ont donné l’impulsion pour préciser, et pas uniquement à travers des personnages de roman, ma vision en tant que femme, libertine et auteure, sur la place du féminin dans notre société, à travers les contextes du monde de l'échangisme et de la littérature contemporaine, puisque ce sont mes deux domaines de prédilection.


Je lance donc une série de billets sur ce blog dont les sujets principaux seront :


— Les fondations de l’esprit d’Anarelle : Quand sagesse ne rime pas avec tristesse !

Des philosophies ancestrales aux conceptions libertaires de certains penseurs actuels, vous découvrirez le cheminement des pensées qui m’ont aidée à construire mon identité de femme émancipée.


Le premier billet est en ligne : Et si Platon nous contait fleurette


— Libertins, libertines : égalité et fraternité ?

À travers mes expériences, d’extraits de mes romans ou nouvelles, de sources éditoriales, je vous livrerai ma vision du monde du libertinage contemporain et de la place qui est accordée au genre féminin dans cet univers de libre échange sexuel.


— Le parcours de mes mots couchés : des billets doux de la libertine à la création de la librairie en ligne Anarelle auteure.

Comment, d’un simple passe-temps privé, en suis-je venue à écrire à plein temps des récits mêlant fiction et réalité et à les publier ? Ou la volonté de partager encore et toujours !


Anarelle : des récits où le plaisir rapproche les genres, où l’érotisme s’affranchit des clichés, où les mots encouragent l'équité.


Ma mission en tant qu'auteure contemporaine est de lutter contre tous les préjugés pouvant entraver la liberté de jouissance en plein accord entre les participants, qu'ils soient hommes, femmes, hétérosexuels, homosexuels, bisexuels, conventionnels ou libertins.


Et de prôner une sexualité épanouie. J'ai créé ma librairie afin de transmettre une vision apaisée des rapports hommes-femmes, que j’ai pu trouver avec mon mari, ainsi qu’avec différents complices sexuels et affectifs. Et également dans le souci, constant, d’échanger de façon constructive avec mes lecteurs.


En résumé, je me présente comme une amante des belles-lettres, de la liberté d'être. Ma motivation à la diffusion dans la librairie de mes récits et celle du partage de mes visions de ce que devrait être des relations épanouies entre les hommes et les femmes, sans jamais vouloir les imposer : je propose, vous disposez.


J’aime à croire que je peux apporter ma pierre à l’édifice d’un libertinage éclairé et philosophique, tout en lui conservant sa saveur charnelle, inaltérable et sans laquelle la vie ne vaudrait pas la peine d’être bue à plein calice. 


Vous aimeriez à votre tour vous laisser embraser par « L’oiseau de feu » ?


Optez pour la version classique et embarquez pour un voyage érotique et poétique au fil du texte.



Ou laissez-vous tenter par la version enrichie d'illustrations glamour et oniriques, qui prolongera votre expérience de lecture et accompagnera vos songes à travers les multiples facettes de Lauren. Des rêveries picturales numériques, créées spécialement pour cet ouvrage par mon mari, M.S.



 J’achète L’Oiseau de feu



Si vous souhaitez découvrir l'envers du décor de la création de ces illustrations, je vous invite à consulter ce billet de blog : des illustrations ai sexy personnalisées


NB : Dans le souci de préserver l'anonymat des commentaires reçus, je ne les ai pas produits, dans ce billet, nominatifs. Cependant, je tiens à vous certifier que ces retours sont authentiques et émanent de lecteurs réels.

Je peux en avoir tronqué certains passages afin de ne pas déflorer la découverte de cette chronique libertine, mais en aucun cas je n’ai modifié l’esprit dans lesquels ils m’ont été adressés sur les réseaux sociaux d’Anarelle, qu’ils soient littéraires, libertins ou plus généralistes.